Des roses labellisées Fairtrade / Max Havelaar depuis 2016

Une initiative éco-responsable ambitieuse

Depuis 2 ans, le leader de la vente de fleurs en ligne Aquarelle a décidé que les bouquets de roses 40 cm en provenance d’Ethiopie seraient issus du commerce équitable Fairtrade / Max Havelaar. Ainsi, la marque allie consommation citoyenne et solidaire avec plaisir d’offrir. Aquarelle devient ainsi le 1er fleuriste en Europe à avoir une démarche éco-responsable aussi ambitieuse.

Découvrir nos roses équitables

 

QU'EST-CE QUE LE LABEL FAIRTRADE / MAX HAVELAAR ?

Le mouvement international Fairtrade/Max Havelaar a pour but premier de réunir des ONG et des représentants de producteurs en vue de transformer le commerce mondial, en plaçant les travailleurs au cœur de cette démarche solidaire.

Pour y parvenir, Fairtrade / Max Havelaar privilégie donc des conditions d’échange et de travail plus justes et propose ainsi un modèle de développement durable, touchant d’une part les travailleurs mais également leurs communautés.
Max Havelaar France, association loi 1901 à but non lucratif a pour but de promouvoir le commerce équitable auprès du grand public et de soutenir la commercialisation en France des produits des travailleurs certifiés Fairtrade en Afrique, Amérique Latine et en Asie. L’association française se charge ainsi de la gestion du label Fairtrade.

Nos bouquets de roses équitables
Roses équitables - Merveilleuses Roses

Merveilleuses roses

A partir de 26,50 €
Roses équitables - Bouquet de roses blanches

Bouquet Blanc pur

A partir de 29 €
Roses équitables - Bouquet de roses rouges

Bouquet Rouge passion

A partir de 29 €

Fonctionnement du label Fairtrade / Max Havelaar

Le label Fairtrade / Max Havelaar est attribué selon un cahier des charges précis concernant les conditions de production et de commercialisation des fleurs. Il doit être rempli par les fermes horticoles et les importateurs pour qu’une rose porte le label.
Des standards, en adéquation avec les préoccupations économiques sociales et environnementales, ont été fixés pour le fonctionnement du système Fairtrade / Max Havelaar, lesquels sont adaptés aux différentes activités : il existe un standard spécifique répondant aux problématiques de la filière fleurs et plantes dans les pays du Sud.

Pour contrôler l’adéquation avec le cahier des charges, le FLOCERT, organisme de certification indépendant, se charge d’auditer les acteurs.

Les garanties du label

ENVIRONNEMENT

Les garanties environnementales concernent dans un premier temps les OGM ainsi que les produits chimiques les plus dangereux, qui sont prohibés.
Deuxièmement, les standards spécifiques à la filière fleurs requièrent des mesures alternatives de contrôle et de prévention des nuisibles, et donc un usage limité de pesticides.
D’autre part, des méthodes économes en eau ainsi que le recyclage de l’eau sont mises à l’honneur.

ECONOMIQUE

Les garanties économiques résident en ce que les salaires doivent, selon les standards fixés, respecter au minimum la référence la plus exigeante du secteur concerné : le salaire minimum légal national ; une convention collective ou encore le niveau de salaire minimum officiellement reconnu dans le pays pour ce secteur.
Pour pallier la précarité de l’emploi tout travail régulier doit obligatoirement être exécuté par un travailleur permanent. De plus, la prime de développement permet aux travailleurs d’investir dans des biens et services de première nécessité sans laquelle ils n’y auraient pas eu accès.

SOCIAL

Dans le cadre de la filière fleurs et plantes, l’accent est porté sur la protection de la santé des travailleurs, notamment concernant l’usage de pesticides.
Ainsi, des équipements de protection sont obligatoires pour les travailleurs en contact avec les pesticides, l’accès aux serres concernées étant interdit à tout travailleur non protégé pendant un certain laps de temps suivant le produit pulvérisé.
D’autre part, un suivi médical trimestriel doit être proposé aux travailleurs en contact avec ces pesticides.
Dans ce secteur où une large majorité de la main d’œuvre sont des femmes, les employeurs ont l’obligation de garantir au moins huit semaines de congé maternité.

LA PRIME DE DÉVELOPPEMENT FAIRTRADE / MAX HAVELAAR

Les acheteurs doivent verser 10% du prix d’achat à un Comité de gestion de la Prime Fairtrade, constitué de travailleurs élus de chaque ferme.
Ce comité a pour rôle de gérer l’argent de la prime notamment en l’investissant dans des projets bénéfiques pour les travailleurs et leurs communautés. Les projets financés sont choisis annuellement par le vote des travailleurs, à l’image de la mise en place de bourses d’éducation pour les enfants des travailleurs ou encore de formations pour les travailleurs ou d’infrastructures et des services de santé, mais également l’accès au crédit pour l’amélioration des conditions de vie, ainsi que l’achat en gros de de denrées alimentaires de base.

Chaque année, l’ensemble des travailleurs se réunit pour choisir les projets qui seront financés, par exemple :

  • Infrastructures et services de santé
  • Bourses d’éducation pour les enfants des travailleurs
  • Accès au crédit pour l’amélioration des conditions de vie
  • Formations pour les travailleurs (informatique, conduite)
  • Achats de denrées alimentaires de base en gros